Détails bibliographiques


Une amitié bien particulière - Lettres de Jacques Ferron à John Grube
Une amitié bien particulière - Lettres de Jacques Ferron à John Grube, Boréal, 1990, 255 p.
(Lire un extrait de l'oeuvre)


Présentation
Jacques Ferron était un grand épistolier. Les lettres aux journaux, dans lesquelles il épinglait la bêtise, sont restées inoubliables. Ce que l'on connaît moins de lui, c'est la correspondance intime.

John Grube nous en livre ici un aspect inédit. En 1971, ce dernier répondait privément à une lettre ouverte que Jacques Ferron avait fait paraître dans Le Devoir et où il émettait de sérieux doutes sur la «version officielle» de la crise d'Octobre. Une correspondance se noua en même temps qu'une amitié - forcément «particulière» — entre ces deux hommes que tout semblait éloigner sauf leurs sympathies de gauche. Il est question, dans ces lettres, du destin national québécois, de la littérature, de l'Église, de la sexualité, de la folie, et, bien sûr, d'Octobre, que Ferron interprétait comme une vaste provocation montée par la droite.

Jacques Ferron se situait au cœur de la mémoire et de l'espoir québécois. Vingt ans plus tard, ses lettres de médecin, d'écrivain, de politique et d'ami se lisent avec étonnement et plaisir. Ferron est là tout entier.

Jugements critiques




Présentation
Nouveautés
Contes
Romans et récits
Théâtre
Historiettes et essais
Correspondances
Lettres aux journaux
Traductions

   
 
Notre équipe
Rédaction et conception générales : Luc Gauvreau
Collaborateurs : Pierre Cantin, André Berger, Marcel Olscamp avec le soutien et les encouragements de Marie et de Martine Ferron, et l'aide financière du groupe de recherche "Éditer Ferron" et de la Fondation du Prêt d'honneur de la Société Saint-Jean-Baptsite
Conception et réalisation du site Internet par Vortex Solution